Préparez-vous à une gestion efficace de la dette technique

Cet article révèle l’importance de l’évaluation de la dette technique pour les entreprises lancées dans une transformation numérique.

Avant d’effectuer un investissement majeur dans la mise en œuvre d’une nouvelle technologie, une entreprise doit accorder une attention particulière à l’évaluation de sa dette technique.

Imaginez que vous envisagiez de construire un gratte-ciel flambant neuf sur un vieux bâtiment détérioré. Vous ne feriez jamais cela aussi simplement dans la réalité. Vous commenceriez avant toute chose par évaluer le terrain du bâtiment, évaluer son état, évaluer son infrastructure et évaluer la zone environnante afin de bien vous assurer que les préparatifs pour la phase de construction soient rigoureusement analysés et budgétisés.

Il en va de même pour les investissements dans les technologies.

5 minutes de lecture
Évaluation de la dette technique

Avant que vos investisseurs ne prennent la décision de vous fournir les fonds dont vous avez besoin pour effectuer une modernisation technique de votre entreprise, vous devrez leur fournir une évaluation détaillée de votre dette technique car celle-ci aura un impact significatif sur le coût de la modernisation prévue.

Imaginons que vous alliez mettre en place un système ERP (Enterprise Resource Management).

Afin d’évaluer la dette technique, vous devrez répondre à plusieurs questions clés, telles que :

Question #1

Quel type de système ERP souhaitez-vous mettre en place? Plus précisément : le souhaitez-vous sur vos propres serveurs physiques ou dans le cloud?

La réponse à cette question vous mènera à une nouvelle série de questions et réponses.
Si vous souhaitez implémenter un logiciel dans le cloud

Ce choix est très populaire car il met la responsabilité de la maintenance du logiciel sur les épaules de son fournisseur et atténue donc vis-à-vis de l’acheteur la pression liée à l’évaluation de la dette technique.

Même si les logiciels basés dans le cloud apparaissent comme un choix évident, il y aura un ensemble de questions auxquelles vous devrez d’abord répondre :

1. Qui va contrôler le cloud? En d’autres termes, qui sera l’hébergeur?

2. Si vous êtes l’hébergeur, de quel type de solution cloud votre entreprise a-t-elle besoin?

3. De quel type de support client votre entreprise a-t-elle besoin afin d’assurer une assistance 24-7-365 pour une telle solution?

4. Votre entreprise a-t-elle la capacité technique de prendre en charge cette solution?

5. Si votre entreprise n’en a pas la capacité technique, qui va s’en occuper?

6. Quelles sont les lacunes identifiées ?

7. Quels efforts sont nécessaires pour combler ces lacunes?

Répondre aux questions sur les lacunes existantes vous révélera la situation de la dette technique car ces lacunes vous en donneront une image très précise.

Si vous souhaitez implémenter un nouveau logiciel sur vos serveurs en local

1. Quelles sont les exigences requises pour les serveurs devant héberger mon nouveau logiciel?

2. Quel type de support dois-je assurer pour ce nouveau logiciel?

3. De quel type d’infrastructure mon entreprise dispose-t-elle aujourd’hui ?

4. Y a-t-il des écarts techniques entre l’infrastructure dont mon entreprise dispose aujourd’hui et l’infrastructure requise pour assurer le fonctionnement homogène et efficace du nouveau logiciel que je vais implémenter ?

À partir du moment où nous définissons les écarts entre «ce dont nous avons besoin» et «ce que nous avons», nous pouvons définir la dette technique qui doit être traitée avant de réaliser une nouvelle implémentation.

Question #2

Désirez-vous pouvoir personnaliser et modifier le système ERP avec n’importe quelle équipe d’experts (internes et externes), ou souhaitez-vous acheter et implémenter un système ERP qui ne pourra seulement être intégré et modifié que par le fournisseur de ce système ERP ?
Si vous décidez de faire appel à un fournisseur de logiciel qui requiert l’utilisation exclusive de ses équipes pour effectuer des modifications et des implémentations

Préparez-vous à budgétiser le coût de leur intervention. Les questions importantes à se poser ici sont :

1. À quels éléments de votre écosystème numérique votre nouvelle solution logicielle doit-elle être intégrée?

2. Quel échange de données aura lieu?

3. Quelle est la pile technologique de vos solutions actuelles qui devrait être intégrée à votre nouveau logiciel et cette pile technologique est-elle compatible avec votre nouveau logiciel?

4. Comment allez-vous permettre l’échange de données et l’interaction homogène entre les différents éléments de votre écosystème numérique?

5. Quels sont les éléments de votre écosystème numérique qui seront impliqués dans l’échange de données avec votre nouveau logiciel?

Si vous choisissez de faire appel à un fournisseur de logiciel qui vous donne la liberté de travailler avec sa solution en utilisant vos propres experts
Vous devrez toujours répondre aux mêmes questions que pour l’option «procéder avec les équipes affectées par le fournisseur». Toutes les caractéristiques actuelles de votre écosystème numérique existant -y compris la pile technologique, la possibilité de l’intégrer à d’autres systèmes logiciels et la possibilité d’assurer un échange de données multidirectionnel- représenteront la capacité actuelle de votre écosystème technologique.
Tous les écarts que vous devrez combler représenteront votre dette technique.
Prise de décision basée sur l’évaluation
Évaluation de la dette technique

Une fois que vous aurez une analyse détaillée de votre dette technique, vous devrez évaluer son coût; par exemple :

• Le coût d’achat des équipements et le coût des changements d’infrastructure que vous devrez mettre en place avant d’intégrer le nouveau logiciel

• Les coûts en termes de temps et d’efforts humains dont vous aurez besoin avant d’intégrer le nouveau logiciel

• Le coût de la formation interne pour les membres de votre équipe qui seront impliqués dans l’implémentation du nouveau logiciel

Ajout du coût de la dette technique dans le budget des innovations technologiques

Une fois que vous saurez combien il en coûtera pour «préparer le terrain» afin de faire face à la dette technique qui existe entre votre écosystème numérique actuel et son nouveau mode de fonctionnement -et cela inclut le nouveau logiciel-, vous serez en mesure de calculer un budget réaliste pour l’implémentation du nouveau logiciel et de présenter ce budget à vos investisseurs.

Une prise de décision éclairée est un facteur clé du succès de la transformation numérique

En travaillant sur cet article, je me suis rappelée de nombreux cas dans lesquels j’avais été moi-même impliquée et je les ai analysés. Je peux les diviser en plusieurs groupes :

• Une entreprise souhaitant financer avec ses propres fonds l’implémentation d’un nouveau logiciel ou le développement d’une nouvelle technologie

• Une entreprise sollicitant le soutien financier de divers organismes, tels que BDC (Banque de développement du Canada), Investissement Québec, etc.

• Une entreprise sollicitant le soutien financier d’investisseurs privés

• Une entreprise sollicitant le soutien financier des banques et autres institutions financières

• Dans tous les cas, le processus de budgétisation précis a fortement été influencé par l’évaluation de la dette technique, laquelle a inévitablement eu un impact sur le coût de la transformation numérique à venir.

Plus une entreprise aborde l’évaluation de la dette technique avec précision, plus elle a de chances d’éviter les mauvaises surprises lors de la transformation numérique. Nos experts chez Cyperᵀᴹ ont les qualifications requises pour effectuer une évaluation approfondie et aider ensuite les grandes entreprises à prendre des décisions éclairées liées à leurs besoins de transformation numérique.

À propos de l’auteur

Elena (Olena) Pomazanova, Présidente et fondatrice de Cyperᵀᴹ, a mené ses études dans plusieurs domaines cruciaux à la bonne gestion et à l’analyse d’entreprise, elle est notamment détentrice de : un Masters en Banque, un Master en Économie Internationale, un BAC en Économie et Entrepreneuriat et un MBA pour Dirigeants.

Elena a évolué en tant que Présidente du Conseil d’Administration d’une société d’assurances et Vice-Présidente des Finances d’une société d’investissement. Durant sa carrière, elle a mené une série d’analyses pour des entreprises en fusion et acquisition et a orchestré l’automatisation complète des processus commerciaux et la mise en place d’écosystèmes numériques pour des entreprises dans les domaines des télécommunications, des assurances, de la métallurgie et du commerce de détail.

Ses objectifs ne sont pas seulement de prendre pour les clients de Cyperᵀᴹ les initiatives nécessaires aux évolutions durables dans le domaine numérique, mais également de donner à ceux-ci l’occasion de prendre des décisions éclairées basées sur des données.

Elena partage de précieuses informations reposant sur des données concrètes avec ses interlocuteurs dans le but de permettre aux entreprises de prendre de meilleures décisions et réduire ainsi le stress lié aux prises de décisions fastidieuses.

Pour contacter Elena, écrivez-lui un courriel à elena.pomazanova@cyper.ca.

 

*Cet article a été traduit par Frédéric Rostaing, Responsable du Développement d’Entreprise chez Cyperᵀᴹ
Pour contacter Fred, écrivez-lui un courriel à frederic.rostaing@cyper.ca.